Les Noénautes

Ceux qui me côtoient ces dernières années comprendront l’ironie de la chose. Moi qui clame à qui veut l’entendre que je n’arrive plus à me plonger comme avant dans les livres, perdu dans les distractions sur le PC, voila que j’écris sur ce blog tout neuf un article sur… un livre. Mais laissez-moi vous raconter cette histoire (car parait-il, tout n’est qu’histoire).  Vous vous doutez bien que je n’en parle pas par hasard. Laissez-moi vous conter non pas l’histoire de ce livre — dont vous pourrez vous faire votre opinion — mais celle de ma rencontre avec lui.

Tout commence par une idée…

Tout commence par une idée. C’est toujours comme ça. Elle arrive, souvent quand on ne l’attend pas, au coin de la rue, derrière un lien hypertexte sur lequel on clique presque sans s’en rendre compte.

Et ici, cette idée n’est pas la mienne. Peut-être celle de Pouhiou, son auteur. Et encore. Cette idée est née, elle a grandi, et c’est une fois lancée que je l’ai croisée.

noenaute-histoire-vraie

C’est l’histoire d’un livre libre tellement libre qu’il voulait devenir gratuit

Un défi d’écriture

Écrire sous contrainte, c’est bien plus sympa, non ? Alors Pouhiou se lance un défi. Écrire 4 jours par semaine un épisode, en commençant le matin pour le publier le soir, à heure fixe, sur son blog. Puis petit à petit, le livre s’est formé. Les livres, puisque le second tome sort, et qu’il y en aura huit au total. Mais ce n’est pas encore là que je croise ce livre.

Un livre libre

Ce livre est un livre libre. Il est placé sous licence CC0, au plus près du domaine public. Avec l’engagement volontaire de son auteur d’offrir ses écrits à qui voudra les lire, tout en expliquant à ceux qu’il rencontre comment ses écrits ne prennent vie qu’à travers celui qui les lit. Il appelle ceux qui le souhaitent à le lire, l’utiliser, le transformer. En trois mots : le faire vivre. Offrant un univers fantastique, à la fois geek et hétéro friendly, il partage les aventures de ses héros — les noénautes — capable de voir le monde fou des pensées. Mais une nouvelle fois, je ne l’ai pas croisé ici.

Le livre libre qui voulait devenir gratuit

C’est avant la sortie du second tome que son auteur a poussé la démonstration plus loin. Écrire un livre libre, le partager pour le simple plaisir, ce n’est déjà pas rien. Mais la version papier a un coût. Alors Pouhiou a tenté de démontrer sa vision des choses.

J’ai pour habitude de dire que « Mon roman est gratuit. Ce qu’on achète, c’est un objet fait de papier sur lequel l’histoire a été imprimée.

J’ai envie qu’on me fasse mentir. Que le livre papier puisse devenir « gratuit » à son tour. J’ai envie de voir le regard surpris des gens à qui j’offrirai les 217 pages de #Smartarded en leur disant :

C’est gratuit. Ce qui veut dire que ça a déjà été payé.

Il a fallu les efforts d’un auteur, d’un éditeur et d’une foule de lecteurs pour que cet exemplaire vous soit offert… C’est dire combien on a eu envie de le partager avec vous…

Il a alors lancé une campagne de financement, un crowdfunding gagnant/gagnant. En limitant la chaîne distribution et en pré-vendant son tome 2, Mon orchide, avec la participation de personnes — moi compris — qui ont cru à son projet, qui y ont vu un message fort. 92 participants et 3333€ plus tard, il a atteint son objectif. Les participants reçoivent leurs compensations, en fonction de leur participation. Et ce sont plusieurs dizaines de livres libres qui deviennent gratuit, prêts à porter leur message à ceux qui les recevront au fur et à mesure des distributions.

Libre ne veut pas dire gratuit. Mais gratuit signifie financé avant l’échange.

Une histoire sans valeur ?

Certains verront ici une histoire sans valeur. Ce qui aurait presque du sens, pour un livre devenu gratuit. Mais ce partage, cette expérience réussie lui donne au contraire une valeur inestimable. Avant même d’en lire la première page, ce livre prend soudainement une autre dimension. Il n’est plus qu’une simple histoire. Il devient une histoire portée par un concept. La réussite d’une idée.

Et le contenu, dans tout ça ?

J’ai aimé ce livre avant même de l’avoir lu. J’ai apprécié ce qu’il représentait avant même d’attaquer l’introduction. Je peux même en parler sans entrer dans le détail du contenu. Mais vous pensez bien que je n’écris pas cet article sans l’avoir fait.

Porté par toute la sympathie que j’ai pour son auteur et la démonstration qu’il a apporté, j’ai commencé sa lecture. Moi qui d’habitude ne sait plus lire, même les livres les plus simples, j’ai dévoré ce roman feuilleton. Et la suite figurera au top priorité de mes futures lectures. C’est bien simple : ce livre me redonne goût à la lecture. Et je ne peux que vous inviter à y jeter un coup d’œil. Qu’on aime ou non, cela ne vous laissera pas indifférent. Et en le lisant, rappelez-vous que le livre lui même a sa propre histoire, indépendamment de celle qu’il contient.

 

 

 

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Culture Libre, Livre libre, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Les Noénautes

  1. Tu m’avais déjà parlé de ce livre sur Twitter par le passé mais je dois dire qu’avec cet article tu m’as convaincue. Je ne sais pas si cela se fera à court terme mais un jour je lirai ce livre qui m’intéresse d’autant par son concept que par son contenu. L’idée est vraiment très bonne pour un auteur peu connu d’affronter le monde de l’édition par le biais de l’openbook (je pense que c’est le terme le plus adéquat). J’espère que pouhiou est le précurseur d’une nouvelle ère où open source et openbook seront présents, pris au sérieux et aussi considérés comme une alternative viable économiquement parlant. Bravo à toi pour ton article et à pouhiou pour le ce concept novateur !!

  2. Pouhiou dit :

    J’ai pleins de mots que je collectionne. Beaucoup. Des tas. Mais malgré tout, dans des moments comme ceux-ci, il m’en manque. Un est évidence : merci.
    Je sais, intimement, que je ne suis responsable ni de ce qui s’est écrit, ni de comment cela s’est partagé. Je suis celui qui s’est laissé à allé à ces délires là. Cela n’empêche en rien la joie que ces histoires (celles autour et celles dans le livre) t’aient rencontré. Il n’y a pas vraiment de fierté. Juste un sentiment de complicité légèrement goguenarde.
    Je t’embrasse.

  3. Lilie dit :

    Un vrai écrivain! Tu mets super bien l’histoire en valeur et l’auteur, ça donne super envie de le lire! Le livre sera dans ma pile de lecture!

  4. Ping : Adopte un auteur | Libre Lam'

  5. Ping : Ecriture quand tu nous tiens | Site Web de Céline Libéral

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *